Saint-Amand de Coly…

UNE HISTOIRE

Le village porte le nom d’Amand, un ermite d’origine limousine qui vivait au VIème siècle. Venu évangéliser la population de cette partie de la vallée du Coly, il vécut dans une grotte à proximité de laquelle se développa le village. Il est probable qu’un premier oratoire fût édifié dès cette époque. La présence d’un monastère à Saint-Amand-de-Coly, est mentionnée dans un document de la bibliothèque vaticane daté de 1048.

La construction de l’abbatiale a commencé au début du XIIème siècle pour s’achever au début du XIIIème siècle. Furent édifiés successivement chapelle et transept Nord, choeur, chapelle et transept Sud puis nef et portail. L’abbé Guillaume fût le premier constructeur un peu avant 1124.

Les XIIème et XIIIème siècles marqueront l’apogée de l’abbaye de l’ordre augustinien qui sera rattaché à la papauté au milieu du XIIIème siècle. C’est probablement pendant la guerre de cent ans que furent mises en place les systèmes de défense qui font de l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly, l’église la plus solidement fortifiée du Périgord.

La décadence viendra avec la peste, les guerres et plus tard avec la nomination des abbés par le roi. À la révolution l’abbatiale deviendra église paroissiale. En 1877 l’abbé Carrier, avec 423 de ses paroissiens, déblayera les alentours de l’édifice qui sera classée Monument Historique en 1886.

Coly en Périgord Noir…

Tout le charme

du passé

Ce morceau du Périgord Noir, qui commence sur le causse du Terrassonnais, se prolonge au delà du Coly dans l’âpreté d’un relief de pierraille, parsemé de jarrissade. Austère paysage qu’animent des combes ou de verdoyants vallons.

Pays qui sera trop souvent l’objet de la convoitise des féodaux; alors les seigneurs abbés de Saint-Amand de Coly ou ceux de Terrasson ne cesseront de proclamer l’immunité de la fondation royale et d’en appeler à la sauvegarde de la monarchie.

Cette variété de sites tient à l’admirable cours d’eau qui sillonne de ses bienfaisantes ondes la plaine féconde du froid Coly; en laissant entre eux les coteaux aux pentes plus ou moins rapides, des collines plus ou moins élevées

Si la date de construction du château de Coly n’est pas connue, il est raisonnable de la situer à la fin du 12e siècle ; Il serait donc contemporain à la construction de l’abbatiale. Le château était le domaine de l’abbé et son fief administratif où étaient détenues les livres terriers et les archives et où il recevait les hommages qui lui était dus ; Tandis que les affaires du spirituel se réglaient à Saint-Amand, dans la salle capitulaire du monastère.

Le lointain passé de Saint-Amand fut lié à une communauté de moines, déjà établie au milieu du VIè siècle, dans un domaine périgordin dénommé Génulicus.

« SANCTUS AMANDUS PROPRE MONTINHACUM »

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIVème siècle sous la forme latine

« Saint Amand près de Montignac »

En images & en détails !

Cliquez sur les vignettes ci-dessous pour vous laissez compter les chapitres de l’Histoire de Saint-Amand de Coly.